QU’EST-CE QUE LA QUALITÉ DE VIE AU TRAVAIL (QVT) ?

Un concept émergent

« La qualité de vie au travail renvoie à des éléments multiples relatifs en partie à chacun des agents mais également étroitement liés à des éléments objectifs qui structurent la collectivité. Elle peut se concevoir comme un sentiment de bien-être au travail perçu collectivement et individuellement qui englobe l’ambiance, la culture de la collectivité, l’intérêt du travail, les conditions de travail, le sentiment d’implication, le degré d’autonomie et de responsabilisation, l’égalité, un droit à l’erreur accordé à chacun, une reconnaissance et une valorisation du travail effectué. Les conditions dans lesquelles les agents exercent leur travail et leur capacité à s’exprimer et à agir sur le contenu de celui-ci déterminent la perception de la qualité de vie au travail qui en résulte ».
Selon Martin Richer, directeur du cabinet Management & RSE (Interview de mars 2017), la QVT peut être décomposée en trois grandes branches :
  • L’organisation du travail : le fonctionnement des équipes, la façon dont les tâches sont organisées, réparties, évaluées ;
  • Tout ce qui gravite autour du management et sa capacité à organiser une délibération sur le travail : agit-il comme une simple plaque tournante qui fait descendre les ordres et remonter l’information ou sait-il se positionner en transversal, faire discuter les employés et appliquer la reconnaissance ?
  • Le dialogue social, au sens large, avec les processus de négociation, de consultation, d’information, mais aussi d’animation d’équipes.

Bien-être au travail

  • Le sentiment de bien-être est corrélé à la santé, telle que définie par l’OMS dans son préambule de 1946 : « La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ». En France, selon le rapport de la Fabrique Spinoza (Bien-être et performance au travail, avril 2013), les facteurs qui ont le plus d’influence en matière de bien-être au travail sont le fait d’avoir « un travail intéressant », « entretenir de bonnes relations avec le management » et « avec les collègues ». « Avoir un salaire élevé » arrive en quatrième position.
  • Selon le 11e baromètre santé et qualité de vie au travail (sept. 2019), 52 % des personnes interrogées associent l’ambiance et les relations avec les collègues à la QVT. 81 % estiment qu’il y a une bonne entente là où ils travaillent.

Les composantes de la QVT

La QVT s’articule autour de 3 composantes principales.
Elles se déclinent de la façon suivante :
  • les conditions d’emploi et de travail :
l’environnement de travail : lieux de travail, moyens techniques, organisation du travail ;
les conditions d’emploi : développement professionnel (carrière, formation) ;
la conciliation vie privée-vie professionnelle ;
  • la capacité d’expression et d’action qui se rapporte à la qualité des relations de travail et en particulier au :
soutien managérial (clarté des objectifs, reconnaissance) ;
soutien des collectifs (solidarité métier, travail en équipe, échanges sur les pratiques…) ;
travail participatif (groupe de résolution de problèmes, débats sur le travail…) ;
dialogue social (concertation…) ;
  • le contenu du travail, composante majeure, qui intègre :
l’autonomie au travail (sentiment de maîtrise) : pouvoir d’agir sur les tâches (rythme, organisation, procédure, …) ;
la valeur du travail (sentiment d’utilité) : participation à la mission globale de la collectivité ;
l’intérêt du travail (travail apprenant) : possibilité de mobiliser dans son métier un ensemble de compétences (relationnelles, émotionnelles, physiques, cognitives…) ;
Certains facteurs constituent de réelles attentes des agents et peuvent être de véritables facteurs motivants

Documentation à télécharger:
La mise en œuvre d’une démarche QVT
Feedback
Reconnaissance au travail
Anthony DEPETASSE Conseiller Prévention du CDG52 19/06/2020